Retour sur la construction de la hutte Lapone et les spectacles vivants

Retour sur la construction de la hutte Lapone et les spectacles vivants

En partenariat avec Rennes Métropole, la Mairie de Laillé et la Caisse d’allocations Familiales, la Petite Ferme à accueilli pendant une semaine un groupe de 10 Jeunes âgés de 12 à 25 ans pour un chantier de construction à l’ancienne. Encadré par le charpentier François Beau de l’association « des Hommes et des Arbres », ils ont construit une hutte lapone à partir de troncs de châtaignier récoltés cet hiver à quelques kilomètres de la ferme. Le théâtre ambulant « Le Rideau Attelé » avait lui installé ses roulottes traditionnelles tractées par des chevaux et sa yourte mongole afin de proposer tout au long de la semaine des spectacles vivants au public de la région. Ce fût une très belle semaine ou les échanges entre artisan, artistes, bénévoles du chantier, population locale et spectateurs furent riches et nombreux.

Construction de la hutte lapone

La hutte lapone est un habitat utilisé par les tribus nomades de Laponie qui lorsqu’elles ne se déplaçaient pas vivaient dans ces constructions démontables. La base est constituée d’un empilement de troncs sur quatre hauteurs qui est prolongée par une toiture à quatre pans avec au sommet, une trappe ouvrable de l’intérieur. Deux portes d’accès ont été prévues dont une pour les personnes handicapées.

C’est à partir de troncs de châtaignier d’environ 25 cm de diamètre que la hutte à été fabriquée. La première étape consiste à les équarrir à la hache afin d’obtenir deux faces parallèles sur les cotés. Puis on superpose les poutres obtenues afin de tracer les assemblages qui seront ensuite taillés à la hachette ou à la bisaiguë et au ciseau. On adapte ensuite la face du dessous pour qu’elle épouse bien la forme de la poutre précédente.

Un solivage à été créé afin d’accueillir le plancher en douglas et une rampe pour permettre l’accès aux personnes à mobilité réduite à été intégrée à la hutte.

Tous les participants du chantier ont pu apprendre à utiliser haches, planes, scies, ciseaux à bois, outils de traçage et de mesure nécessaires à la construction grâce aux conseils précieux du charpentier.

Les spectacles vivants

Le Crieur Public

Le samedi précédent la semaine de chantier et de spectacles, Pierrot est allé au marché de Laillé pour faire le crieur publique et crier au monde entier les messages déposés dans sa boite aux lettres par les habitants de la commune. Messages d’amour et d’amitié, dénonciations calomnieuses, résultats de foot, petites annonces et encouragements pour le bac, furent déclamés avec passion et talent entre les fruits, les légumes, les galettes et les moules du jour.

Le jukebox vivant

Le jeudi, c’est  la maison des jeunes de Laillé qui est venue bivouaquer à la petite ferme et assister au spectacle le « Jukebox Vivant », récital de chansons françaises et de textes racontés avec humour et poésie par Pierrot et son magnifique orgue de barbarie. Une découverte très appréciée par les jeunes lailléens et le public.

Inauguration de la hutte

Le samedi, c’est au son du swing manouche de « swinging poule’s » que les acteurs du chantier ont pu présenter le travail de construction réalisé tout au long de la semaine, lors d’un apéro convivial offert par la Petite Ferme. L’équipe des Vallées de vilaine qui organisait le même soir un bivouac au bord de l’eau à laillé, est venue accompagnée d’un cinquantaine de personnes pour assister à cet évènement, accueilli par un lapin pas comme les autres.

Sans queue ni tête

Dimanche matin, inspirée du conte d' »Alice au pays des merveilles », la ballade contée créée et jouée par Armelle Petitpas du Petit Théatre de Papier, a transporté les petits et les grands dans un univers loufoque et décalé mis en valeur par l’esthétique du lieu et des installations.

Tonton Georges

Dimanche après-midi, c’est le groupe « La Rallonge » qui nous a fait partager son amour pour « Tonton Georges », leur « parrain de cœur », à travers un spectacle musical de haute volée. Pierrot accompagné par la guitare de Joris, le violon de Benoît et la contrebasse de Julien-André nous à raconté et chanté la relation qu’il a noué depuis l’enfance avec Brassens, mettant en avant la beauté musicale et littéraire de son œuvre. Un plaisir partagé à l’ombre des chênes sous un soleil radieux.

Une expérience riche, à renouveler

De l’avis de tous, cette semaine fût riche en échanges, en partages et en plaisirs. Les participants au chantier ont pu découvrir un type de construction et des outils qu’ils ne connaissaient pas. Les plus jeunes montrant des aptitudes surprenantes. A la fin de la semaine, la hutte n’était pas totalement terminée (elle le sera dans les mois qui viennent), mais l’objectif de transmission à lui été dépassé et c’est bien le plus important. La rencontre entre artisan, artistes, jeunes, bénévoles, spectateurs et population locale fonctionne bien et génère des échanges de savoir-faire et d’idées. Les spectacles du Rideau Attelé ont donné une dimension artistique et festive au chantier.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *